Portrait : Céline Pallier

Mais qui est donc Céline Pallier ? 🤔

Céline est géoarchéologue à l’INRAP, mais aussi vice-présidente de notre belle association ! Après une opération d’archéologie préventive dans la grotte du Mas d’Azil, l’idée d’une thèse est apparue comme évidente. Les recherches de Céline porte sur « De l’enregistrement sédimentaire en milieu karstique à la taphonomie des sites archéologiques du Paléolithique supérieur : les apports de la grotte du Mas d’Azil et de la vallée de l’Arize« . Après ce travail de rédaction de longue haleine, Céline voit donc le bout, place à la soutenance le jeudi 28 janvier à 14h !

Pour suivre la soutenance, merci de se connecter avec ce lien : https://prismes.univ-toulouse.fr/player.php?code=323QDi75&width=100%&height=100%

Pour mieux la connaître, un questionnaire rapide et ludique sur Céline est disponible ci-dessous ! En prime un résumé de sa thèse est accessible à la suite du QCM.



Questionnaire




Interview de Céline Pallier dans le cadre du projet Arkéoflix

Extrait de la chaîne YouTube Arkéoflix

Résumé de la thèse

Le versant nord-pyrénéen présente une grande richesse de vestiges du Paléolithique supérieur. Toutefois, les différentes cultures sont représentées de façon inégale, à la fois d’un point de vue chronologique et spatial, donnant l’image d’une forte variabilité de l’occupation des Pyrénées. Ce versant est aussi jalonné de cavités karstiques qui constituent des pièges sédimentaires, témoins des environnements passés. Traversée par le cours de l’Arize, la grotte du Mas d’Azil a conservé des témoignages de dynamiques hydrosédimentaires du dernier cycle glaciaire, mal préservés à l’extérieur. Or, leur compréhension est fondamentale car elles conditionnent à la fois les occupations humaines durant le Paléolithique supérieur mais aussi la conservation ou non des contextes archéologiques. Ainsi, comment l’étude d’un enregistreur sédimentaire comme la grotte du Mas d’Azil peut-elle répondre à la question des lacunes archéologiques de la dernière période glaciaire ? L’inventaire et l’étude des formations sédimentaires et archéologiques permet de proposer une histoire globale de l’évolution de l’Arize et de la grotte, dans laquelle deux phases principales d’aggradation sédimentaires ont été identifiées. La première est corrélative du creusement de la cavité (MIS 6 ?) ; la seconde se déroule à la transition MIS 3-MIS 2 et a contraint l’occupation humaine de la grotte, tout en jouant un rôle majeur dans la conservation ou l’érosion des vestiges. Ainsi, des lacunes sont observées dans les occupations archéologiques dans la grotte, chronologiques (absence de niveaux in situ de l’Aurignacien récent au Magdalénien ancien) ou d’ordre spatial (répartition différentielle des vestiges au cours du Magdalénien). Dès lors, quelle signification peut-on attribuer à cette absence de vestiges : absence des humains ou conservation différentielle ? Dans la grotte, la perception des niveaux d’occupation est en partie explicable par les différents processus sédimentaires qui s’y sont succédés.

Les niveaux aurignaciens ont été recouverts par plusieurs mètres de sédiments fluviatiles, qui en ont érodé une partie mais qui ont préservé les niveaux de l’Aurignacien ancien. Cette phase d’aggradation a également rendu la grotte inaccessible pendant plusieurs millénaires (Gravettien et première partie du Solutréen). Enfin, si l’étude géomorphologique ne permet pas d’expliquer l’absence du Magdalénien inférieur dans la grotte, l’analyse et le croisement des processus qu’elle regroupe apportent une réflexion très précise sur l’organisation de l’espace, les accès et les circulations des populations à l’intérieur de la grotte au cours du Magdalénien moyen récent. La grotte renseigne aussi sur les dynamiques hydrosédimentaires et les conditions paléoclimatiques à l’échelle de la vallée de l’Arize. Les phénomènes observés à l’intérieur de la grotte ont été enregistré à l’extérieur de façon dégradée. Malgré la différence de résolution, grâce à la comparaison avec des vallées du versant nord-pyrénéen comme la Garonne et l’Ariège, des hypothèses de corrélations sont possibles entre les enregistrements dans la grotte et dans la vallée de l’Arize. La grotte du Mas d’Azil est donc un enregistreur très haute résolution des réponses hydrosédimentaires découlant des fluctuations climatiques, en particulier lors du dernier cycle glaciaire. Les études interdisciplinaires ont permis l’identification d’une succession de processus et, par extrapolation, ont rendu lisibles et exploitables des indices morpho-sédimentaires à peine perceptibles à l’extérieur. Par les témoignages archéologiques qu’elle nous livre dans leur contexte géomorphologique, cette grotte souligne l’importance de la taphonomie différentielle des vestiges archéologiques et permet de les interpréter, de l’échelle du site jusqu’à celle des vallées du piémont nord-pyrénéen.


Extrait de la thèse de Céline Pallier  » Nomenclature et localisation des différents secteurs de la grotte  »
© Pallier, Jarry et Rabanit.

Une réflexion sur “Portrait : Céline Pallier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s