HoN – septembre 2018

Silence et poussière dans les collines… La cinquième mission Human origins in Namibia se déroule dans des Aha Hills aux paysages cette fois-ci surprenants par la sensation d’absence de vie. Avec la sécheresse de ce début de printemps austral, le Kalahari porte bien son qualificatif de « désert ». La nature est silencieuse et apparaît étrangement morte. Les animaux qui le peuvent sont partis vers l’accueillant Okavango et ceux qui sont restés se terrent, s’enterrent même, tels ces petits orvets découverts en fouillant le paléokarst. Seules les abeilles et les moucherons semblent être restés, comme pour attendre les réserves d’eau de l’équipe. Les nuits sont sans bruit, uniquement animées en fin de mission par des orages secs et violents. Même les oiseaux, mis à part quelques rares « banana birds », ces petits toucans peu farouches, semblent avoir fuis la sécheresse.

Namibie carte sept 2018light

 

Cependant l’équipe est à nouveau là, aux confins nord-est de la Namibie, proches de la frontière avec le Botswana. Cette première mission de 2018 est dédiée à un objectif principal, décidé dès la fin de la mission précédente : terminer l’évaluation du paléokarst découvert en 2016 et testé en 2017. Il faut être sûr de ce que renferme cette ancienne grotte, voir ce qu’elle a dans le ventre…

MJARRY_09_2018 (54)

MJARRY_09_2018 (67)Il faut alors partir, comme d’habitude dans les Aha Hills, en autonomie totale et implanter un campement au plus près du paléokarst afin de ménager des marches d’approche les plus courtes possible les matins et soirs.

 

MJARRY_09_2018 (63)La mission sera brève, moins de deux semaines, il ne faut pas perdre de temps. La préparation logistique doit donc être faite le plus rapidement possible pour ensuite foncer dans les Aha Hils. Ainsi, arrivée le 19 septembre à Windhoek via Johannesburg en Afrique du Sud, l’équipe règle au pas de charge les questions d’intendances. Elle remplit la voiture et la remorque d’eau potable (350 L), d’eau non potable (400 L) et de vivres et quitte au plus vite la capitale par la route du nord. Elle arrive tard le soir du 21 septembre au campement du Baobab au pied de la colline du Léopard. Les pneus ont tenu bons sur les pistes. L’équipe et prête, le Kalahari est très calme et très sec, cette première nuit dans les Aha Hills est silencieuse et reposante…

MJARRY_09_2018  (79).png
Industrie lithique MSA aux abords du camp du Baobab (c) M. Jarry

L’objectif de la mission est de trouver une vieille grotte, un ancien paléokarst comme ceux d’Afrique du Sud et qui piègent des fossiles. Cependant, ici, il n’y a pas de mines comme à Sterkfontein, qui permettent de les repérer. Il faut donc que l’équipe explore elle-même les versants, comme ici, où deux ans auparavant, l’équipe avait identifié un simple affleurement de calcite, cette roche qui qui se forme dans les grottes par cristallisation des minéraux dissous préalablement par l’eau dans les calcaires et qui forment par exemples stalactites et stalagmites.

Le lendemain, après avoir prospecté un peu les abords du Baobab, il faut, en traversant des secteurs que des incendies de brousse ont ravagés, s’enfoncer dans les collines. D’abord par les habituelles improbables pistes qui permettent d’accéder le long de la frontière avec le Bostwana, ensuite directement à travers la brousse, en veillant à ne pas crever un pneu, ce qui imposerait, malgré les roues de secours, de faire demi-tour comme l’année passée pour réparer. Un emplacement est choisi pour le camp, à seulement 30 minutes de marche du site. S’enfoncer plus loin avec le véhicule ne serait pas raisonnable.

Passer sur les vignettes pour voir les légendes ou cliquer dessus pour visionner les photographies en diaporama :

L’endroit est « confortable », ou du moins agréable, une fois dégagé des branches agressives de quelques buissons et arbustes à épines. Les abeilles sont là aussi, en quête de la moindre humidité, L’équipe est maintenant à pied d’œuvre, loin de tout, pour attaquer la fouille du paléokarst.

MJARRY_09_2018 (158)En 5 jours, et beaucoup d’eau (environ 8 litres pas jour par personne sans compter le soir), la surface dégagée est doublée. Des sondages sont réalisés à distance pour rechercher les limites de la grottes. Celles-ci sont trouvées, les parois de la cavité sont maintenant identifiées.

LBRUXELLES_09_2018 (120)
Relevé du secteur fouillé (c) L. Bruxelles

L’analyse des différentes composantes du paléokarst avance. L’imposant plancher stalagmitique mis au jour constitue la fin du remplissage, précédant une brèche (sorte de béton naturel) à cailloutis fin scelle la grotte jusqu’à la voûte.

MJARRY_09_2018  (181).png

Armés de loupes, l’équipe y recherche, pour l’instant sans succès, des vestiges osseux. Il faudrait maintenant explorer sous le plancher stalagmitique d’autres éventuels cailloutis piégés depuis la surface et dans lesquels il pourrait y avoir des ossements…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Des prélèvements sont faits pour analyses, des relevés des coupes sont réalisés, un millier de clichés est pris pour construire un modèle 3D par stéréophotogrammétrie. L’équipe n’a pas encore identifié ici d’ossements. Elle a cependant démontré que des paléokarsts, des grottes anciennes, existent bel et bien dans ce secteur de la Namibie… L’exploration est encourageante.

aquarelle2018 sept 01.jpg

carte Otavi 2018 09Le 27 septembre, l’équipe reprend la piste vers Grootefontein, les stocks d’eau commencent à se réduire. L’idée est faire le plein dans cette petite ville et de profiter des jours qui restent pour revenir dans les montagnes d’Otavi, et plus précisément dans le domaine d’Harasib, afin de pouvoir explorer l’immense effondrement repéré l’année passée mais qu’une bande de babouins n’avait pas permis l’accès. Si les recherches dans les Aha Hills avancent, il convient quand même de prévoir, forts des acquis de l’étude de cette région, d’autres secteurs de recherche.

Modèle HON journal bandeau 1000 DPI
Campement dans le secteur d’Harasib (c) F. Duranthon

Ainsi, le 28 septembre, l’équipe établit son campement au cœur des Montagnes d’Otavi. L’ascension de la colline au sommet de laquelle se trouve l’effondrement n’est pas difficile, et le paysage, une fois sur les rebords des escarpements de l’immense trou est fantastique, un immense trou presque parfaitement circulaire d’environ 200 mètres de diamètre, bordé par des falaises parfois verticales d’une trentaine de mètres. Cette fois-ci la voie est libre. Mis à part l’innombrables moucherons très « collants », il ne semble même, comme pour le reste de la mission, qu’il n’y a aucun animal.

Passer sur les vignettes pour voir les légendes ou cliquer dessus pour visionner les photographies en diaporama :

MJARRY_09_2018 (261)L’équipe descend par un des flancs les moins escarpés. L’exploration livre, des indices de karstogénèse, mais aussi est surtout une première brèche contenant de nombreux restes de microfaunes… puis de l’autre coté un fragment de plancher stalagmitique… L’orage arrive, il faut partir, et en remontant sur un autre flanc : une nouvelle brèche ossifère. Il faudra revenir !

MJARRY_09_2018 (258)
Arrivée sur le rebord du grand effondrement (c) M. Jarry

MJARRY_09_2018  (313).pngFin de la mission, l’équipe doit repartir, mais avec plein de perspectives et de nouveaux projets d’explorations…


Prochaine mission en septembre 2019. Suivez nous en direct sur les réseaux sociaux (FacebookInstagram, ou Twitter), nous enverrons des nouvelles à chaque fois que nous aurons une connexion !

MJARRY_09_2018 (252)
Le grand effondrement circulaire de Nosib Farm (c) M. Jarry

Encore un grand merci de l’équipe à Nathalie et Alexander pour leur accueil toujours très très chaleureux dans leur guest house : le Londiningi à Windhoek ! Merci !

MJARRY_09_2018 (140)

L’équipe sur le paléokarst des Aha Hills. De gauche à droite : Grégory Dandurand, Marc Jarry, Laurent Bruxelles et Francis Duranthon (c) M. Jarry

LOGO HON blanc fond transparent.png

MJARRY_09_2018 (6)

flèche retour pages précédente retour aux carnets de la mission

flèche gauche trans mission décembre 2017

mission suivante décembre 2018 flèche droite trans

Publicités