Colloques et conférences

Colloques

 ►New York (Etats-Unis), Avril 2013 : colloque « Aurignacian Genius »

Un poster (cf. reproduction infra) a été présenté au colloque « Aurignacian Genius, Art,
Technology and Society of the First Modern Humans in Europe », qui s’est tenu à New York du 8 au 10 avril 2013.

« Aurignacian(s) in the Mas d’Azil Cave (Ariège, Pyrénées, France): First results and perspectives from new field surveys »
Par Marc Jarry, Laurent Bruxelles, François Bon, Carole Fritz, Sébastien Lacombe, Laure-Amélie Lelouvier, Hélène Martin, Céline Pallier, Manon Rabanit, Gilles Tosello, Julia Wattez, Vincent Arrighi, Fabien Callède, Christian Salmon
PAS 2011-2013
(c) Marc Jarry

 

Abstract: Mas d’Azil cave is one of the most important karstic landmarks in southwestern France. This prehistoric research hotspot is mainly famous for evidence of Magdalenian and Epipaleolithic cultures, but recent preventive (rescue) archaeology operations were carried out on the right bank in sectors considered as sterile or already-excavated confirmed the existence of traces of the oldest occupations of the Upper Palaeolithic, poorly documented so far. In this case, the discovery of an in situ  cultural sequence containing older and recent Aurignacian opens up largely new possibilities. First, because the cave contains a chronological sequence never recognized in earlier work; this sequence revealed by recent surveys confirms the presence of an older Aurignacian (cf. Péquart’s excavations in the “Silex Gallery”), while providing the first evidence of recent occupation phases, which has no known regional equivalent. Second, these observations cast new light on a context that, for the Aurignacian, is greatly lacking in the French central Pyrénées; that of a vast cavity at the bottom of a deep valley that possibly corresponds to another settlement type in the territory; significantly different from (and complementary to) the « small » caves often « perched » in the landscape, which is by far most of the information we currently have to describe this culture in this region.

Les actes du colloque, dans lequel nous n’avons pas publié sont intéressants pour avoir un point sur la recherche sur L’aurignacien. Ils sont en ligne dans la revue bilingue de Préhistoire de l’Université de Toulouse Jean Jaurès P@lethnologie:

bouton02petit01Sans titre-1


► Paris (France), Août 2013 : congrés international « Geomorphology » de l’AIG

Une communication a été présentée à la 8ème Conférence Internationale de Géomorphologie de l’AIG, qui s’est tenue à Paris, parc de la Vilette, du 27-31 août 2013. L’objectif était de diffuser auprès de la communauté des géomorphologues nos premiers résultats.

« Karstic evolution and Human occupation in the Mas d’Azil Cave (Ariège, Pyrénées, France): new research and new results »
Par Marc Jarry, Laurent Bruxelles, François Bon, Carole Fritz, Sébastien Lacombe, Laure-Amélie Lelouvier, Hélène Martin, Céline Pallier, Manon Rabanit, Gilles Tosello, Julia Wattez,Vincent Arrighi, Christian Salmon
Coll 2013 AIG paris
(c) Marc Jarry

Abstract : The cave of Mas d’Azil, with the Arize river running through it, is one of the most important – and impressive – karstic context in Southern France. It is also an important place for Prehistoric research, especially for the knowledge of the Magdalenian and Epipaleolithic cultures. However, few synthetic studies are available, contrasting with the celebrity of the site. Under the upstream porch, the left bank still holds cultural sequences from the end of the last glaciation to the Neolithic, intercalated with flood silts. In contrast, the right bank, where the deep galleries are located, was considered sterile or already completely excavated. Recent preventive (rescue) archaeology operations were conducted on the right bank that have significantly restored the potential of this cave. This paper will present the first results of our work, which is the beginning of a future boarder research program. Thus, the remains of in situ stratigraphy offer a new history of the cave where human occupations, such as some unpublished older and recent Aurignacian, are punctuated by the evolution of the cave and its filling, during the LGM episode. Layers of fluvial sediments were deposited before the Aurignacian but also after. These sediments buried archaeological remains under several meters of deposits. They also partially filled all the lower part of the cave and closed some galleries. This event also permits us to revisit the dating of the rock paintings of the Gallery Breuil, considered anterior to the Magdalenian, by setting a terminus ante quem. After the re-opening of the cave, human occupations belong to the Middle Magdalenian. In situ cultural horizons were discovered under a layer of Mesolithic ashes. The phenomenon of floods recorded here, could be extrapolated across the regional geomorphology and gives, for the first time, strong arguments for to date the formation of the alluvial terraces of the Arize River and to link it to the Garonne valley.


► Les Eyzies-de-Tayac (France), septembre 2013 : colloque « Art rupestre, territoires et sociétés »

« Le diagnostic archéologique dans un site d’art pariétal : préserver ou fouiller ? »
Par Marc Jarry

Résumé : Les sites d’art pariétal peuvent être concernés par plusieurs types d’aménagement, directs (mise en valeur, protection) ou indirects (interventions à proximité immédiate…). Il est admis maintenant que les « intrusions » dans ces contextes aussi délicats et sensibles doivent faire l’objet de diagnostics archéologiques préalables. Ces dernières années, en Midi-Pyrénées, une série d’opérations ont été prescrites par le Service Régional de l’Archéologie, sur des monuments souvent classés au titre des Monuments Historiques : Grotte des Fieux, Grotte de Gargas, Grotte de Marsoulas, Grotte du Mas d’Azil, grotte de l’Éléphant. Ces opérations ont nécessité des méthodologies adaptées et ont livré des résultats très variés, allant de « négatifs » à « exceptionnels ». Nous ferons une présentation de ses diagnostics archéologiques et de leurs principaux résultats. Partant de là, nous proposerons une réflexion sur les conséquences des ces opérations sur les aménagements.


► Lyon (France), mars 2014, Colloque Q9

En mars 2014, une communication a été faite au colloque international Q9 de l’AFEQ.

« Evolution karstique et occupation humaine dans la grotte du Mas d’Azil (Ariège, France) »
Par Céline Pallier, Marc Jarry, Laurent Bruxelles, François Bon, Carole Fritz, Sébastien Lacombe, Laure-Amélie Lelouvier, Hélène Martin, Manon Rabanit, Gilles Tosello, Julia Wattez,Vincent Arrighi, Christian Salmon
F5_strati theatre rotonde_V2
(c) Céline Pallier

Résumé : La grotte du Mas d’Azil est un phénomène géologique imposant par ses dimensions et la complexité de son réseau. C’est aussi un haut-lieu de la Préhistoire. Cependant, peu d’études globales sont disponibles, contrastant avec la célébrité du site. Si la rive gauche recèle encore, sous le porche amont, des séquences de la fin des temps glaciaires jusqu’au Néolithique, intercalés dans des limons d’inondations, la rive droite, où sont localisées les galeries profondes, est réputée maintenant stérile. Des opérations d’archéologie préventive menées récemment sur cette rive ont cependant permis de renouveler significativement le potentiel informatif de cette grotte, aussi bien d’un point de vue karstologique qu’archéologique. Notre communication exposera les premiers résultats de nos travaux, points de départ d’un futur programme de recherche exhaustif. Ainsi, les vestiges de stratigraphies en place permettent de proposer une nouvelle histoire de la grotte où les occupations humaines, dont certaines inédites comme l’Aurignacien ancien et récent, sont scandées par l’évolution de la cavité et de ses remplissages pendant la dernière glaciation. Ainsi, des couches de sédiments d’origine fluviatiles précèdent l’Aurignacien puis lui succèdent sur plusieurs mètres. Ces derniers sont les témoins d’un colmatage conséquent de la cavité. La datation de cette aggradation sédimentaire constituée de plusieurs cycles de crues, sans doute liée à la débâcle qui succède au Dernier Maximum Glaciaire, permettrait, entre autres, de rediscuter la datation d’une partie de l’art pariétal de la grotte. L’occupation humaine reprend ensuite avec le Magdalénien moyen dont nous avons pu retrouver des éléments en place, sous des cendres datées du Mésolithique. Le phénomène des crues enregistré ici, projeté à l’échelle de la géologie régionale, permettra pour la première fois de caler chronologiquement les systèmes de terrasses alluviales qui se développent jusqu’à la Garonne.


► Montréal (Canada), juillet 2014 : LED 2014

« Microdosimetry study of sediements : characterization and modelisation with the DosiVoxsoftware (Ariège, Pyrénées, France) »
Par L. Martin, S. Incerti, N. Mercier, Y. Lefrais, C. Pecheyran

Abstract : Présentation de la caractérisation et de la modélisation dosimétrique de l’échantillon MAZ6.


► Okinawa (Japon), septembre 2014:  GEANT4

« DosiVox : a Geant4 based software for dosimetric dating in archeological context (Ariège, Pyrénées, France) »
Par L. Martin, S. Incerti, N. Mercier, Y. Lefrais, C. Pecheyran

Abstract: Résultats de la modélisation dosimétrique de l’échantillon MAZ6.


► Paris (France), septembre 2014

Poster réalisé par l’équipe de l’université Bordeaux 1 Montaigne sur les datations effectuées pour la grotte du Mas d’Azil.

« Simulations dosimétriques avec DosiVox : applications pour la datation archéologique par luminescence ou ESR »
Par L. Martin, S. Incerti, N. Mercier

Abstract: Résultats de la modélisation dosimétrique de l’échantillon MAZ6, journée du réseau CAI-RN.


► Giessen (Allemagne), novembre 2014

Poster réalisé par l’équipe de l’université Bordeaux 1 Montaigne sur les datations effectuées pour la grotte du Mas d’Azil.

« Simulations dosimétriques avec DosiVox : applications pour la datation archéologique par luminescence ou ESR »
Par L. Martin, S. Incerti, N. Mercier, Y. Lefrais, C. Pecheyran

Abstract: Résultats de la caractérisation et de la modélisation dosimétrique de l’échantillon MAZ6


► Avril 2015, San Francisco ; congrès de la SAA (Society of American Archaeology)

« Aurignacian(s) in the Mas d’Azil Cave (Ariège, Pyrénées, France) »
Par Marc Jarry, Laurent Bruxelles, François Bon, Carole Fritz, Lars Anderson, Sébastien Lacombe, Mathieu Lejay, Laure-Amélie Lelouvier, Hélène Martin, Céline Pallier, Manon Rabanit, Gilles Tosello, Julia Wattez, Vincent Arrighi, Fabien Callède, Christian Salmon

Abstract: Mas d’Azil cave is one of the most important karstic landmarks in southwestern France. This prehistoric research hotspot is mainly famous for evidence of Magdalenian and Epipaleolithic cultures, but recent researches were confirmed the existence of traces of the oldest occupations of the Upper Palaeolithic, poorly documented so far. In this case, the discovery of an in situ cultural sequence containing older and recent Aurignacian opens up largely new possibilities. First, because the cave contains a chronological sequence never recognized in earlier work; this sequence revealed by recent surveys confirms the presence of an older Aurignacian (cf. Péquart’s excavations in the “Silex Gallery”), while providing the first evidence of recent occupation phases, which has no known regional equivalent. Second, these observations cast new light on a context that, for the Aurignacian, is greatly lacking in the French central Pyrénées; that of a vast cavity at the bottom of a deep valley that possibly corresponds to another settlement type in the territory; significantly different from (and complementary to) the « small » caves often « perched » in the landscape, which is by far most of the information we currently have to describe this culture in this region.


► Cacérès (Espagne), 3 Septembre 2015,congrès mondial d’Art Rupestre, IFRAO 2015

« L’entrée « secrète » de la Galerie Breuil de la grotte du Mas d’Azil (Ariège, Pyrénées, France) »
Par Marc Jarry, Laurent Bruxelles, François Bon, Céline Pallier, , Marc Comelongue, Bassam Ghaleb, Xavier Leclerc (†), Yanick Le Guillou, François Rouzaud (†), Vincent Arrighi, Christian Salmon
Mas colloque cacéres
(c) Marc Jarry

Abstract : La grotte du Mas d’Azil est un site majeur de la Préhistoire européenne, notamment pour la connaissance de la fin du Paléolithique supérieur et, en particulier, son art mobilier figure parmi les plus riches et les plus beaux que nous connaissions en contexte magdalénien. En revanche, son art pariétal, discret dans sa forme, discuté dans sa chronologie, ne dispose pas de la même renommée. De fait, peu de publications lui sont dédiées et son étude générale à l’échelle de la grotte, en dépit de plusieurs campagnes de relevés, manque encore à ce jour. Un programme de prospection thématique est en cours et proposera, à terme, une cartographie archéologique et une étude géoarchéologique globale du monument. La base de ces recherches est la constitution d’une topographie fiable des lieux, laquelle a débutée dans les années 1980 mais demeure à finaliser, en lien avec une cartographie précise des remplissages. D’ores et déjà, grâce à cette approche, nous disposons d’une image un peu plus claire de la répartition des espaces magdaléniens de la rive droite. Ainsi, si les occupations résidentielles s’étalent dans les étages supérieurs (Rotonde, Galerie des Silex), à la température plus stable et plus douce, les étages inférieurs (salle Piette, galerie Rouzaud) apparaissent plutôt comme des zones de rejet et non d’installation primaire. La révision effectuée permet par ailleurs de constater que l’entrée actuelle de la Galerie Breuil, située au fond d’une de ces salles inférieures et qui est la principale partie ornée de la grotte, ne fut pas connue des Magdaléniens, qui pouvaient seulement y pénétrer par des couloirs bien plus dissimulés ou des cheminées étroites, d’accès difficiles dans tous les cas. Plus encore qu’on ne le pensait, il apparaît dès lors que les difficultés d’accès à cette galerie devaient participer à créer une séparation symbolique entre l’espace quotidien et l’espace orné, dont la fréquentation devait sans doute être limitée/reservée. Cette communication propose de présenter la nouvelle paléotopographie des espaces de vie et de circulation magdaléniens de la rive droite, étayé par une analyse des stratigraphies, de nouvelles datations radionumériques mais aussi les archives des fouilles anciennes. Ces éléments offrent matière à réflexion sur le caractère caché ou ostensible de l’art pariétal préhistorique au sein d’une grotte considérée comme ayant abrité un vaste site d’agrégation.


Conférences

► Une conférence a été donnée le 24 octobre 2014 au Mas d’Azil, à l’initiative du Sesta et de la Mairie du Mas d’Azil, par François Bon : « Les premiers Cromagnons d’Ariège : l’Aurignacien à l’ombre des Pyrénées ».

20150529_183402
29 mai 2015 – Musée-forum de l’Aurignacien ((c) Pauline Ramis G&A).

► Dans le cadre des journées nationales de l’Archéologie 2014, une conférence a été donnée par Marc Jarry à Toulouse sous l’égide de l’Université de Toulouse Jean-Jaurès « La nuit de l’Archéologie », le 6 juin 2014. Une présentation de l’avancement des travaux dans la grotte du Mas d’Azil a été proposée.

► Café-Préhistoire au Musée-Forum de l’Aurignacien, le 29 mai 2015, Marc Jarry, Lars Anderson et Mathieu Lejay présentent « L’Aurignacien au Mas d’Azil ».

► Dans le cadre des journées nationales de l’Archéologie 2015, une conférence a été donnée le 20 juin 2015 au Mas d’Azil par François Bon et Yann Potin sur : « La grotte du Mas d’Azil et l’émergence de la Préhistoire ».

P1020764.JPG
12 mars 2016 – Musée de l’Homme de Néandertal ((c) Pauline Ramis G&A).

► Durant les championnats européens du tir au propulseur le 7 août 2015 au Mas d’Azil, une conférence : « Les recherches en cours dans la grotte du Mas d’Azil » a été présentée par Marc Jarry, accompagné par Florent Rivère.

► Une conférence a été donnée le 12 mars 2016 par Marc Jarry au Musée de l’Homme de Néandertal à la Chapelle-aux-Saints : « Mas d’Azil 2.0 : nouvelles perspectives de recherches dans la grotte ».

► À l’École du Louvre, le 30 mars 2016, Marc Jarry a donné une conférence à l’Amphithéâtre Durër : « Le Mas d’Azil : perspectives et résutats »

ecole du Louvre 2016
30 mars 2016 – Ecole du Louvre ((c) Marc Jarry).

► À l’occasion des Rencontres archéologiques de Midi-Pyrénées, le samedi 2 avril 2016, Marc Jarry a présenté le programme de recherche de la prospection thématique ainsi que les premiers résultats.

► Le vendredi 14 mai 2016, dans le cadre d’un séminaire conjoint de l’équipe SMP3C du laboratoire TRACES et du Master Arts et Cultures de la Préhistoire et de la Protohistoire : « Entre Atlantique et Méditerranée : état de la recherche sur le Paléolithique moyen et le Paléolithique supérieur » au Service Régional de l’Archéologie LRMP, Hôtel Saint-Jean à Toulouse, Céline Pallier a présenté pour l’équipe une communication : « La grotte du Mas d’Azil en Ariège : une stratigraphie du Dernier Glaciaire« . Programme : programme-journee-scientifique-traces-smp3c13052016.

► Le vendredi 23 septembre 2016, Pauline Ramis a exposé les travaux de l’équipe, du projet scientifique jusqu’aux projets la médiation, à la journée d’étude « Quel patrimoine local pour quels enseignements/apprentissages à l’école ? » organisée par l’Ecole supérieure du professorat et de l’éducation Toulouse Midi-Pyrénées et l’Université de Toulouse Jean Jaurès, à l’IUFM de Tarbes. Le texte de sa communication : « Archéologie au Mas d’Azil, la fabrique des patrimoines », sera bientôt disponible sur le site de Grottes&Archéologies.bandeau-iufm-tarbes-23-sept-16

flèche retour pages précédenteRetour à la page Archéologies/Grotte du Mas d’Azil

Publicités